Ce texte a était tiré du livre Un Géant au pays des Géants  en  hommage  à  monsieur René Sansen qui a réalisé notre Géant le père louis  hennepin.

En 1983, quelques téméraires optimistes « inaugurèrent » la première édition des « fiètes à Rincolète », entrées aujourd’hui dans les traditions.

Le groupe d’animation des « Amis de Rincolète » a pour objectifs premiers de rendre les lettres de noblesse à ce quartier vivant.

Le pari fut tenu, la foule enthousiaste et chaque année, en liesse.

Toujours en quête de nouveauté, les promoteurs décidèrent, en 1987, de réaliser un géant.

Un mastodonte de 4 m 60 représentant en l’occurrence le révérend père hennepin, aventurier, né à Ath, qui découvrit les rives du Mississipi.

Extrêmement adulé par les américains, des rues, avenues, école, hôpital, et autre statue lui furent dédiés.

Comme pour les autres géants athois, il bénéficia d’un groupe de porteurs pour le faire danser.

Toutefois, sa physionomie semblait le faire sortir tout droit d’une chanson à boire, moine débonnaire, quelque  peu paillard, ventripotent, un peu disproportionné et qui n’avait rien à voir, malgré son air sympathique, avec l’image réelle du Père hennepin .

Un goût d’amertume s’empara des historiens, des puristes et de tous ceux qui estimaient que notre concitoyen méritait mieux.

A ce sujet, Gilbert Smet écrivait : « je n’ai qu’un seul regret dans la naissance de ce nouveau géant, celui de n’avoir pu confier la confection de son visage à René Sansen, cet artiste-sculpteur qui a réalisé tant de beaux géants à Ath et ailleurs.

Nos « mordus » du quartier de rincolète attrapèrent, la balle au bond et n’attendèrent point car il semblait normal que la ville natale du père hennepin lui réserve les mêmes honneurs que les américains en lui rendant une image plus proche de la sienne.

Cette fois, les efforts ne furent pas ménagés et les documents minuscieusement recherchés pour créer un père hennepin plus vrai que nature.

Le nouveau géant fut construit par les mains expertes d’habiles artisans dont on ne vantera jamais assez le dévouement.

La réalisation de la tête fut confiée à René Sansen et le visage fut sculté au départ de documents anciens retrouvés.

L’artiste peintre athois Gérard Decarpentry décora le jupon représentant la végétation bordant le fleuve Mississipi.

C’est ainsi que le dimanche 19 mai 1991, un tout autre hennepin inaugura les « fiètes à rincolète ».

On découvrit cette fois un moine à la taille fine, dans un frac bien taillé, orné d’un col et d’un plastron en dentelle, portant les rames du pagayeur sur le dos, le calumet des tribus canadiennes, . . . bref, ce hennepin n’avait plus rien à voir avec le moine bedonnant des années précédentes, récompensant ainsi 18 mois de travail.

père louis hennepin